24 nov. 2007

Le phare des sirènes - RASCAL / LEJONC - Didier



Ange a 13 ans, et son physique correspond à son prénom.
Il vit au bord de la mer avec son oncle Yann qui pêchent des harengs, la vie est simple et belle pour tous les deux.
Malheureusement l'oncle d'Ange se perd en mer lors d'une grosse tempête.
Ange fou de douleur scrute la mer avec une longue vue, il aperçoit une main.
Il court vers le rivage plein de l'espoir de repêcher son oncle.
Ce qu'il va trouver sur cette plage de sable rouge est extraordinaire : Une sirène.
Blessée et fatiguée, elle se nomme Swidja, trèsor dans le langage de son peuple.
Ange va la ramener dans sa cabane, la soigner.
Il va écouter ses histoires de fond de mer. Elle va lui dire chaque jour qu'elle le trouve beau.
Le jour de la guérison Swidja retourne à l'océan, en promettant de revenir chaque nuit voir son bien-aimé.
Ange et la sirène vivent un amour parfait jusqu'à l'année 1914.
Ange a l'âge d'être mobilisé sur le front.
Le destin de son pays est plus fort que celui de son amour.
Il rentrera gueule cassée, sa sirène perdue à jamais.
Mais Ange ne perd pas espoir et vit desormais dans le phare Hic sunt sirenae, au milieu de l'eau, près d'elle.

Magnifique!! Enorme coup de coeur, autant pour le texte envoutant de Rascal, que pour les images oniriques de Régis Lejonc.
Les deux se marient se complètent et forment une histoire splendidement triste.
Un grand format qui donne une impression de succession de toiles.
Un vrai vrai bonheur d'album autant pour les petits, à partir de 8 ans, que pour les grands.

2 commentaires:

Gawou a dit…

Que cet album est beau!!

Les illustrations m'ont subjuguée...

Claire C. a dit…

Rascal a le don d'écrire des histoires qui inspirent des illustrateurs de talents : comme la Nuit des cages chez le même éditeur.
L'illustration en contre jour de Simon Hureau rajoute à l'ambiance très étrange posée par Rascal.
Voir aussi les albums qu'il illustre lui même ça vaut le coup d'oeil!